Sélection de la langue

Recherche

Le 28 novembre 2022 – Avis de CANAFE : Opérations financières liées aux pays désignés par le Groupe d’action financière (GAFI)

Du Centre d'analyse des opérations et déclarations financières

Avis aux médias

28 novembre 2022, Ottawa ON

Sur cette page

Le 21 octobre 2022, le Groupe d’action financière (GAFI) a publié une déclaration sur les juridictions présentant un risque élevé qui sont assujetties à un appel à l’action, ainsi qu’une déclaration sur les juridictions sous surveillance accrue. Ces déclarations sont mises à jour et publiées après chaque séance plénière du GAFI.

La déclaration sur les juridictions présentant un risque élevé qui sont assujetties à un appel à l’action indique les juridictions à l’égard desquelles le GAFI a demandé à ses membres d’appliquer des contre-mesures ou des mesures de vigilance accrues. La déclaration sur les juridictions sous surveillance accrue désigne les juridictions qui ont élaboré un plan d’action avec le GAFI pour remédier à leurs lacunes stratégiques en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes.

Opérations financières liées aux pays désignés par le GAFI

Dans sa déclaration sur les juridictions présentant un risque élevé assujetties à un appel à l’action du 21 octobre 2022 :

[TRADUCTION] Depuis février 2020, en raison de la pandémie de COVID-19, le GAFI a suspendu le processus d’examen de l’Iran et de la RPDC, puisque le GAFI a déjà appelé à appliquer des contre-mesures à leur égard. Par conséquent, veuillez relire la déclaration portant sur ces juridictions qui a été adoptée en février 2020. Même si les informations présentées dans la déclaration ne sont pas nécessairement représentatives de la situation récente du régime de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes en Iran et en République populaire démocratique de Corée, l’appel à l’action du GAFI visant ces juridictions présentant un risque élevé demeure en vigueur.

République populaire démocratique de Corée (RPDC)

Dans sa déclaration sur les juridictions représentant un risque élevé assujetties à un appel à l’action du 21 février 2020, le GAFI affirme ce qui suit :

[TRADUCTION] Nous demeurons préoccupés par le fait que la République populaire démocratique de Corée (RPDC) n’a pas corrigé les lacunes importantes de son régime de lutte contre le blanchiment d’argent (BA) et le financement des activités terroristes (FAT) et par les menaces graves que cette situation présente pour l’intégrité du système financier international. De plus, le GAFI est très préoccupé par la menace que laissent planer les activités illicites de la RPDC liées à la prolifération d’armes de destruction massive (ADM) et à son financement.

Le GAFI réitère l’appel du 25 février 2011 fait à ses membres et enjoint aux pays de recommander à leurs institutions financières d’accorder une attention particulière aux relations d’affaires et aux opérations avec la RPDC, y compris les sociétés et institutions financières de ce pays et ceux qui agissent en leur nom. Le GAFI demande également à ses membres et presse instamment tous les pays d’appliquer des contre mesures efficaces et des sanctions financières ciblées conformément aux résolutions applicables du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) pour protéger leur secteur financier contre les risques de BA, de FAT et de financement de la prolifération des ADM émanant de la RPDC. Les pays doivent prendre les mesures nécessaires pour fermer les succursales, les filiales et les bureaux de représentation des banques de la RPDC se trouvant dans leur territoire, et pour mettre fin aux relations de correspondant bancaire avec les banques de la RPDC lorsque les résolutions applicables du CSNU le demandent.

Directive ministérielle sur la RPDC

Ainsi, afin de protéger l’intégrité du système financier du Canada et en vertu de l’article 11.42 de la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristesNote de bas de page1, le ministre des Finances a publié la directive suivante dans la Gazette du Canada le 9 décembre 2017 :

Toute personne ou entité visée à l’article 5 de la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes (la Loi) traitera toutes les opérations issues ou à destination de la Corée du Nord (République populaire démocratique de Corée) comme des opérations à risque élevé en vertu du paragraphe 9.6(3) de la Loi.

Le Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE) a publié une directive en réponse à la directive ministérielle, qui peut être consultée sur son site Web. CANAFE évaluera la conformité avec cette directive ministérielle.

De plus, le 12 décembre 2017, CANAFE a publié une alerte opérationnelle sur l’utilisation par la RPDC du système financier international pour le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes. Cette alerte opérationnelle a pour objet de renseigner les entités déclarantes canadiennes sur les caractéristiques et les secteurs de risque des activités présumées de blanchiment d’argent et de financement des activités terroristes de la RPDC.

Iran

Dans sa déclaration sur les juridictions représentant un risque élevé assujetties à un appel à l’action du 21 février 2020, le GAFI avait salué l’engagement politique de haut niveau pris par l’Iran en juin 2016 en vue de corriger ses lacunes stratégiques en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et de financement des activités terroristes. Toutefois :

[TRADUCTION] En juin 2016, l’Iran s’était engagé à corriger ses lacunes stratégiques. Son plan d’action est arrivé à échéance en janvier 2018. En février 2020, le GAFI a noté que l’Iran n’avait pas entièrement mis en œuvre son plan d’action.[1]

En octobre 2019, le GAFI a fait appel à ses membres et a pressé tous les pays d’exiger une surveillance accrue des succursales et des filiales des institutions financières établies en Iran; de mettre en place des mécanismes renforcés de déclaration ciblée ou de déclaration systématique des opérations financières; de sommer les groupes financiers d’instaurer des exigences accrues d’audit externe pour leurs succursales et leurs filiales situées en Iran.

Puisque l’Iran n’a pas adopté les conventions de Palerme et de lutte contre le financement du terrorisme conformément aux normes du GAFI, ce dernier a décidé de lever la suspension des contre-mesures. Il enjoint à ses membres et presse tous les pays d’appliquer des contre-mesures efficaces, conformément à la recommandation 19.[2]

La déclaration publique du GAFI [sur les juridictions présentant un risque élevé qui sont assujetties à un appel à l’action] continuera d’attirer l’attention sur l’Iran jusqu’à ce que le plan d’action de ce pays soit entièrement mis en œuvre. Si l’Iran ratifie les conventions de Palerme et de lutte contre le financement du terrorisme conformément aux normes du GAFI, ce dernier prendra une décision concernant les prochaines étapes, dont la suspension ou non des contre-mesures. Jusqu’à ce que l’Iran mette en œuvre les mesures nécessaires pour corriger les lacunes relevées dans le plan d’action en matière de lutte contre le financement du terrorisme, le GAFI demeurera préoccupé par le risque de financement du terrorisme émanant de ce pays et par la menace que cette situation fait peser sur le système financier international.

[1] En juin 2016, le GAFI a salué l’engagement politique de haut niveau pris par l’Iran pour remédier à ses lacunes stratégiques en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, ainsi que sa décision de solliciter une assistance technique pour la mise en œuvre de son plan d’action. Depuis 2016, l’Iran a mis en place un programme de déclaration des espèces, a adopté des modifications à sa loi sur la lutte contre le financement du terrorisme et à sa loi sur le blanchiment d’argent, et a adopté un règlement sur la lutte contre le blanchiment d’argent.

En février 2020, le GAFI a constaté que certains éléments n’avaient toujours pas été réglés et que l’Iran devrait prendre des mesures concrètes pour : (1) criminaliser de manière adéquate le financement du terrorisme, notamment en supprimant l’exemption pour les groupes désignés qui tentent de mettre fin à l’occupation étrangère, au colonialisme et au racisme; (2) repérer et geler les avoirs terroristes conformément aux résolutions applicables du Conseil de sécurité des Nations Unies; (3) instituer un programme approprié et applicable de diligence raisonnable à l’égard des clients; (4) démontrer comment les autorités repèrent et sanctionnent les fournisseurs de services de transfert de fonds et de valeurs non autorisés; (5) ratifier et appliquer les conventions de Palerme et de lutte contre financement du terrorisme et clarifier la capacité à fournir une assistance juridique mutuelle; (6) s’assurer que les institutions financières vérifient si les télévirements comportent des renseignements complets sur les expéditeurs et les bénéficiaires.

[2] Les pays devraient pouvoir appliquer des contre-mesures appropriées lorsque le GAFI le leur demande. Les pays devraient également être en mesure d’appliquer des contre mesures indépendamment de toute demande du GAFI à cet effet. Ces contre mesures doivent être efficaces et proportionnelles aux risques.

Directive ministérielle sur l’Iran

À ces causes, afin de protéger l’intégrité du système financier canadien et en vertu de l’article 11.42 de la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristesNote de bas de page2, le ministre des Finances prend la directive ci-après publiée dans la Gazette du Canada le 25 juillet 2020 :

Toute personne ou entité visée aux alinéas 5a), b) et h) de la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes (la Loi) :

a) traite toute opération financière, quel que soit son montant, qui émane de l’Iran ou qui y est destinée, comme une opération à risque élevé pour l’application du paragraphe 9.6(3) de la Loi;

b) vérifie, conformément au Règlement sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes (le Règlement), l’identité de toute personne ou entité qui lui demande d’effectuer l’opération ou qui en bénéficie;

c) exerce une vigilance particulière à l’égard de la clientèle, notamment en vérifiant l’origine des fonds ayant servi à l’opération, l’objet de l’opération, ainsi que, le cas échéant, la propriété ou le contrôle effectif de toute entité qui lui demande d’effectuer l’opération ou qui en bénéficie;

d) tient et conserve un registre de ces opérations, conformément au Règlement;

e) déclare l’opération au Centre.

Le Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE) a publié sur son site Web une directive faisant suite à la directive ministérielle. CANAFE évaluera la conformité avec la directive ministérielle.

Myanmar

Comme indiqué dans sa déclaration sur les juridictions représentant un risque élevé assujetties à un appel à l’action du 21 octobre 2022, le GAFI invite ses membres et les autres juridictions à appliquer des mesures de diligence accrues proportionnelles au risque découlant du Myanmar.

Dans sa déclaration sur les juridictions représentant un risque élevé assujetties à un appel à l’action, le GAFI a affirmé ce qui suit :

[TRADUCTION] En février 2020, le Myanmar s'est engagé à remédier à ses lacunes stratégiques. Le plan d'action du Myanmar a expiré en septembre 2021.

En juin 2022, le GAFI a vivement encouragé le Myanmar à achever rapidement son plan d'action avant octobre 2022, faute de quoi le GAFI ferait appel à ses membres et demanderait instamment à toutes les juridictions d'appliquer des mesures accrues aux relations d'affaires et aux opérations avec le Myanmar. Compte tenu de l'absence persistante de progrès et du fait que la majorité de ses points d'action n'ont toujours pas été traités un an après l'échéance du plan d'action, le GAFI a décidé qu'une action supplémentaire était nécessaire conformément à ses procédures et le GAFI appelle ses membres et les autres juridictions à appliquer des mesures de diligence accrues proportionnelles au risque découlant du Myanmar. Lors de l'application de mesures accrues, les pays devraient s'assurer que les flux de fonds destinés à l'aide humanitaire, aux activités légitimes des OSBL et aux transferts de fonds ne sont pas perturbés.

Le Myanmar devrait continuer à travailler à la mise en œuvre de son plan d'action visant à remédier à ces lacunes, notamment en (1) démontrant une meilleure compréhension des risques de blanchiment d'argent dans les domaines clés; (2) démontrant que les inspections sur place/hors site sont fondées sur les risques, et que les opérateurs hundi sont enregistrés et supervisés; (3) démontrant une meilleure utilisation du renseignement financier dans les enquêtes menées par les autorités d'application de la loi, et une augmentation de l'analyse opérationnelle et des communications par la CRF; (4) garantissant que le blanchiment d'argent fait l'objet d'enquêtes/poursuites en fonction des risques; (5) en démontrant que les enquêtes sur les cas de blanchiment d'argent transnational font l'objet d'une coopération internationale; (6) en démontrant une augmentation du gel/saisie et de la confiscation des produits du crime, des instruments et/ou des biens de valeur équivalente; (7) en gérant les actifs saisis afin de préserver la valeur des biens saisis jusqu'à leur confiscation; et (8) en démontrant la mise en œuvre de sanctions financières ciblées liées au financement de la prolifération.

Le GAFI recommande vivement au Myanmar de travailler afin de remédier pleinement à ses lacunes en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme et le Myanmar restera sur la liste des pays faisant l'objet d'un appel à l'action jusqu'à ce que son plan d'action complet soit achevé.

Par conséquent, CANAFE rappelle à toutes les entités déclarantes qui sont assujetties aux exigences de la Loi, que le fait de faire affaire avec des personnes et des entités basées au Myanmar ou liées au Myanmar présente des risques.

CANAFE avise les entités déclarantes de tenir compte de ce qui précède au moment de déterminer si elles sont tenues, ou non, de transmettre une déclaration d’opérations douteuses faisant état d’une ou de plusieurs opérations financières ou d’une ou de plusieurs tentatives d’opération financière en provenance ou à destination du Myanmar. Les entités déclarantes sont tenues de prendre en considération l'emplacement géographique des activités d'une personne ou d'une entité dans le cadre de leur évaluation des risques et de prendre des mesures d'atténuation, le cas échéant, et sont encouragées à faire preuve de vigilance accrue à l'égard de la clientèle, notamment en obtenant des informations sur les raisons des opérations envisagées, en ce qui concerne les clients et les bénéficiaires impliqués dans ces opérations ou tentatives d'opérations financières.

Autres juridictions

Dans sa déclaration sur les juridictions sous surveillance accrue du 21 octobre 2022, le GAFI a attiré l’attention de ses membres sur plusieurs juridictions comptant des lacunes stratégiques en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes.

Le GAFI a affirmé ce qui suit :

[TRADUCTION] Depuis le début de la pandémie de COVID-19, le GAFI a offert une certaine souplesse aux juridictions qui ne sont pas confrontées à des échéances immédiates pour rendre compte des progrès réalisés sur une base volontaire. Les progrès des pays suivants ont été examinés par le GAFI depuis juin 2022 : l’Albanie, la Barbade, le Burkina Faso, les îles Caïmans, le Cambodge, les Émirats arabes unis, Haïti, la Jamaïque, la Jordanie, le Mali, le Maroc, le Myanmar, le Nicaragua, l’Ouganda, le Pakistan, le Panama, les Philippines, le Sénégal, le Soudan du Sud et la Türkiye. Des déclarations à jour pour ces pays sont fournies ci-dessous. Le Gibraltar a choisi de reporter la présentation afin de mettre l’accent sur ces efforts. Par conséquent, la déclaration publiée en juin 2022 pour ce pays est fournie ci-dessous, mais n’est pas forcément représentative de la situation récente du régime de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes de ce pays. À la suite de son examen, le GAFI a aussi désigné la République démocratique du Congo, le Mozambique et la Tanzanie.

Les juridictions suivantes ont élaboré un plan d’action avec le GAFI pour remédier aux lacunes relevées dans leur régime de lutte contre le blanchiment d’argent, le financement des activités terroristes et le financement de la prolifération d’armes de destruction massive : l’Albanie, la Barbade, le Burkina Faso, les îles Caïmans, le Cambodge, la République démocratique du Congo, le Gibraltar, les Émirats arabes unis, Haïti, la Jamaïque, la Jordanie, le Mali, le Maroc, le Mozambique, l’Ouganda, le Panama, les Philippines, le Sénégal, le Soudan du Sud, la Syrie, la Tanzanie, la Türkiye et le Yémen.

Le Nicaragua n’est plus assujetti au processus de surveillance du GAFI

Dans sa déclaration du 21 octobre 2022, le GAFI:

[TRADUCTION] ...note les progrès réalisés par le Nicaragua dans l'amélioration des éléments de son régime de lutte contre le blanchiment d’argent (BA) et le financement des activités terroristes (FAT) couverts par son plan d'action. Le Nicaragua a remédié aux lacunes techniques afin de respecter les engagements de son plan d'action concernant les lacunes stratégiques identifiées par le GAFI en février 2020. Le Nicaragua n'est donc plus soumis au processus de surveillance accrue du GAFI.

Cependant, le GAFI est fortement préoccupé par la mauvaise application potentielle des normes du GAFI qui pourrait entraîner la suppression du secteur des organismes sans but lucratif (OSBL) du Nicaragua. Le Nicaragua devrait continuer à travailler avec le GAFILAT afin d'améliorer davantage son régime de lutte contre le BA/FAT, notamment en s'assurant que la surveillance des OSBL est fondée sur le risque et conforme aux normes du GAFI. Le Nicaragua est fortement encouragé à continuer à coopérer avec le GAFILAT sur cette question.

Le Pakistan n’est plus assujetti au processus de surveillance du GAFI

Dans sa déclaration du 21 octobre 2022, le GAFI affirme ce qui suit :

[TRADUCTION] Le GAFI salue les progrès significatifs réalisés par le Pakistan dans l'amélioration de son régime de lutte contre le blanchiment d’argent (BA) et le financement des activités terroristes (FAT). Le Pakistan a renforcé l'efficacité de son régime de lutte contre le BA/FAT et remédié aux lacunes techniques afin de respecter les engagements de ses plans d'action concernant les lacunes stratégiques que le GAFI a identifiées en juin 2018 et en juin 2021, ce dernier ayant été achevé avant les échéances, englobant 34 points d'action au total. Le Pakistan n'est donc plus soumis au processus de surveillance accrue du GAFI.

Le Pakistan continuera à travailler avec le GAP pour améliorer davantage son système de lutte contre le BA/FAT.

Mesures du GAFI relativement au groupe État islamiqueNote de bas de page3

Le 24 septembre 2014, le gouvernement du Canada a mis à jour la liste des entités terroristes inscrites au Code criminel afin d’y ajouter le groupe État islamique (EI), entité inscrite auparavant sous le nom d’Al-Qaïda en Irak. Le gouvernement du Canada a aussi inscrit comme entités terroristes huit affiliés régionaux, y compris l’EI-Province du Khorassan (EIPK), EI-Bangladesh, EI-Province du Sinaï (EIPS), EI-République démocratique du Congo, EI en Asie de l’Est, EI au Grand Sahara, EI en Libye et EI-Province d’Afrique occidentale.

CANAFE tient à réitérer les déclarations antérieures du GAFI selon lesquelles ce dernier est très préoccupé par les revenus que génère le groupe terroriste connu sous le nom d’État islamique et par le financement que ce dernier obtient.

Par conséquent, CANAFE rappelle à toutes les entités déclarantes qui sont assujetties aux exigences de la LoiNote de bas de page4 leur obligationNote de bas de page5 de présenter sans délai une déclaration de biens appartenant à un groupe terroriste (DBGT) à CANAFE lorsqu’est atteint le seuil de divulgation prévu par le Code criminel ou par le Règlement d’exécution des résolutions des Nations Unies sur la répression du terrorisme. La directive sur la déclaration de biens appartenant à un groupe terroriste se trouve sur le site Web de CANAFENote de bas de page6.

Dans ce contexte, bien s’entend de tout type de bien réel ou personnel, notamment tout acte ou instrument accordant un titre ou un droit à un bien, ou donnant droit de recouvrer ou de recevoir de l’argent ou des biens. Les déclarations de biens appartenant à un groupe terroriste renferment des renseignements sur les biens et sur toute opération, effectuée ou tentée, mettant en cause ces biens.

CANAFE avise les entités déclarantes de tenir compte de ce qui précède au moment de déterminer si elles sont tenues, ou non, de transmettre une déclaration d’opérations douteuses faisant état d’une ou de plusieurs opérations financières ou d’une ou de plusieurs tentatives d’opération financière en provenance ou à destination de régions dominées par l’État islamique et de régions avoisinantes lorsqu’il y a des motifs raisonnables de soupçonner qu’elles sont liées à la perpétration (réelle ou tentée) d’une infraction de recyclage des produits de la criminalité ou d’une infraction de financement des activités terroristes.

Les entités déclarantes sont également encouragées à prendre des mesures de vigilance accrue à l’égard des clients et des bénéficiaires qui participent à de telles opérations financières ou tentatives d’opération financièreNote de bas de page7.

Déclaration publique du GAFI sur la situation en Afghanistan

Le 9 mai 2013, le gouvernement du Canada a mis à jour la liste des entités terroristes inscrites au Code criminel afin d’y ajouter les talibansNote de bas de page8.

Le 21 octobre 2021, le GAFI a publié une déclaration sur la situation en Afghanistan. Dans sa déclaration, le GAFI a exprimé :

[TRADUCTION] ses préoccupations concernant le contexte actuel et en évolution du risque de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme en [Afghanistan].

Par conséquent, CANAFE rappelle à toutes les entités déclarantes qui sont assujetties aux exigences de la Loi leur obligationNote de bas de page9 de présenter sans délai une DBGT à CANAFE après avoir présenté une communication en vertu du Code criminel ou du Règlement d’exécution des résolutions des Nations Unies sur la répression du terrorisme.

CANAFE avise les entités déclarantes de tenir compte de ce qui précède au moment de déterminer si elles sont tenues, ou non, de transmettre une déclaration d’opérations douteuses faisant état d’une ou de plusieurs opérations financières ou d’une ou de plusieurs tentatives d’opération financière en provenance ou à destination de l’Afghanistan lorsqu’il y a des motifs raisonnables de soupçonner qu’elles sont liées à la perpétration (réelle ou tentée) d’une infraction de recyclage des produits de la criminalité ou d’une infraction de financement des activités terroristes.

Déclarations publiques du GAFI sur la situation en Ukraine et sur la Fédération russe

Le 24 février 2022, sans provocation, les forces russes, avec le soutien du régime biélorusse, ont lancé une invasion globale de l’Ukraine.

Le 4 mars 2022, le GAFI a publié une déclaration sur la situation en Ukraine.

Dans sa déclaration, le GAFI a exprimé :

[TRADUCTION] sa vive inquiétude quant à l’impact de l’invasion sur l’environnement de risque de blanchiment d’argent, de financement des activités terroristes et de financement de la prolifération, ainsi que sur l’intégrité du système financier, l’économie au sens large et la sûreté et la sécurité.

Le GAFI a également enjoint :

[TRADUCTION] les autorités compétentes de toutes les juridictions à fournir des conseils et à faciliter l’échange de renseignements avec leurs secteurs privés sur l’évaluation et l’atténuation de tout risque émergent de blanchiment d’argent, de financement des activités terroristes et de financement de la prolifération, y compris en ce qui concerne les actifs virtuels, ainsi que d’autres menaces à la sûreté et à la sécurité internationales provenant de la région.

Le 17 juin 2022, le GAFI a publié une déclaration sur la Fédération russe suivant les discussions tenues lors de la plénière du GAFI en juin 2022.

Le GAFI précise que :

[TRADUCTION] Les actions de la Russie vont à l’encontre des principes fondamentaux du GAFI visant à promouvoir la sécurité, la sûreté et l’intégrité du système financier mondial. Elles représentent également une violation flagrante de l’engagement en matière de coopération internationale et de respect mutuel pris par les membres du GAFI pour mettre en œuvre et soutenir les normes du GAFI.

CANAFE avise les entités déclarantes de tenir compte de ce qui précède au moment de déterminer si elles sont tenues, ou non, de transmettre une déclaration d’opérations douteuses faisant état d’une ou de plusieurs opérations financières ou d’une ou de plusieurs tentatives d’opération financière en provenance ou à destination de la Russie lorsqu’il y a des motifs raisonnables de soupçonner qu’elles sont liées à la perpétration (réelle ou tentée) d’une infraction de recyclage des produits de la criminalité ou d’une infraction de financement des activités terroristes.

Les entités déclarantes sont également encouragées à exercer un contrôle accru à l’égard des clients et des bénéficiaires impliqués dans ces opérations ou tentatives d’opérations financières.Note de bas de page10

CANAFE aimerait attirer l’attention des entités déclarantes sur le fait que le Canada a imposé un nombre significatif de nouvelles sanctions en réponse à l’invasion non provoquée et injustifiable de l’Ukraine par la Russie. Pour de l’information additionnelle au sujet des mesures qui ont été imposées en lien avec la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie, de même que pour de l’information au sujet des obligations de divulguer, veuillez consulter la page Web Sanctions-Invasion russe de l’Ukraine, le site Web Sanctions canadiennes, et le bulletin spécial publié par CANAFE.

Date de modification :